Un logement de qualité accessible à tous.
(+251) 21 35 44 96
Logo

Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du Projet Intégré de Résorption des Bidonvilles

  • Accueil /
  • Publications /
  • Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du Projet Intégré de (...)

Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du Projet Intégré de Résorption des Bidonvilles


RESUME 


Djibouti démontre une croissance sans précédent depuis les cinq dernières années, cette croissance est prévue se maintenir encore pour les 5 à 10 prochaines années. Toutefois cette croissance n’est pas inclusive. Pour remédier à cette situation, le pays a développé une vision à long terme (Djibouti 2035) qui inclut notamment l’amélioration de la qualité de vie de la population qui démontre les revenus les plus faibles.


LE PROGRAMME ZERO BIDONVILLE


Le programme zéro bidonville (PZB) est un programme national qui s’intègre dans cette vision ettouche l’ensemble du pays. Le PZB est dans sa phase de préparation. Ce programme vise entre
autres :


 À restructurer les zones d’habitat précaire dans un premier temps ceux de Djibouti-Ville
et notamment ceux de 14 quartiers identifiés.
 La réinstallation dans un site spécifique des ménages qui perdront leur espace pour les
besoins de la restructuration,
 L’appui à l’amélioration de l’habitat individuel par l’accès facilité à des financements,
 À éviter la création de nouveaux bidonvilles en octroyant des parcelles sur des sites
aménagés
 La création d’emplois pour diminuer le chômage et améliorer la qualité de vie des populations pauvres et très pauvre du pays

En chiffre le programme vise :


Production de parcelle pour le logement social : produire 2 500 parcelles par an, soit 50 à 60 ha de terrain à viabiliser annuellement (avec parcelle de 100 m2, et une densité d’objectif de 300 habitants/ha) soit 5 à 6 km2 pour les 10 ans.
Restructuration de 14 quartiers informels regroupant environ 110 000 habitants (18 000 ménages) Aide au logement : environ 18 000 ménages concernés qui recevront des appuis avec des
matériaux de construction pour éviter la construction de maison en matériaux non durables.
Réinstallation des personnes affectées par la restructuration : 112.2 hectares sont prévus pour les personnes déplacées qui se verront offrir des parcelles dans le site de Balbala-Sud pour recouvrir une meilleure qualité de vie dans un nouvel environnement ou l’ensemble des services de base seront disponibles.


Pour arriver à mener ce programme, d’autres zones d’extension ont été identifiées et permettront la réalisation de ce programme ambitieux.

Une étude est en cours de finalisation, elle aboutira à une stratégie, des grandes orientations et des aménagements détaillés autant au niveau des quartiers à restructurer que des infrastructures à implanter au niveau des zones d’extension

UN PROGRAMME D’ENVERGURE MAIS AVEC DES IMPACTS CONNUS ET MAITRISABLES


Les travaux qui sont à réaliser pour mener à bien ce programme sont essentiellement des travaux d’infrastructures urbaines tels que la construction de routes, de rues, le passage des canalisations primaires secondaires et tertiaires pour l’alimentation en eau potable, le captage des eaux usées et leur acheminement vers les stations d’épuration, la construction d’écoles ,de centres de santé,
des places de loisirs, de marché, et la mise en place de différentes règles de gestion pour chacun de ces quartiers qui permettra à un développement intégré de ces derniers.
Les aménagements nécessaires à ces quartiers seront financés par différents partenaires techniques et financiers et par les fonds propres du gouvernement.

Les travaux généreront des impacts qui devront être évalués au fur et à mesure que les plans d’aménagements seront approuvés et que les financements seront identifiés. Autant la législation nationale que celle de la banque mondiale relative à la gestion environnementale demande que ces plans d’aménagement fassent l’objet d’études environnementales et sociales.
Le présent cadre de gestion environnementale et sociale prévoit que des études d’impact environnemental et social soient réalisées pour chaque projet d’aménagement (plan de restructuration). Cela permettrait de mieux gérer les processus de mise en oeuvre des mesures d’atténuation et d’en faire le suivi adéquat.

Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du Projet Intégré de Résorption des Bidonvilles

Actualites - Une